L’agriculteur a refusé de vendre les chatons d’une race rare qu’il a sauvée, car ils ne vivent pas longtemps en captivité

57 views

Aujourd’hui, nous aurons une histoire de chatons inhabituels et d’un agriculteur. C’est d’une part. Et d’autre part, sur les valeurs des gens, sur la façon dont certains, pour des raisons de prestige et de célébrité, sont prêts à faire souffrir les autres, et sur d’autres personnes qui n’iront pas pour de l’argent.

Un jour, le fermier, faisant de nouveau le tour de ses possessions, entendit un miaulement dans les buissons. Il est allé au son et y a trouvé plusieurs petits chatons. La recherche de leur mère a été infructueuse, il ne l’a pas rencontrée cette fois-là ni dans la suivante. Peut-être était-ce la faute de l’autoroute qui passait près de ses possessions. Quoi qu’il en soit, les chatons sont allés vivre avec lui et il les a élevés dans l’amour et les soins du mieux qu’il pouvait.

Le temps a passé, les enfants ont grandi et l’homme a commencé à remarquer que ses animaux de compagnie étaient très étranges, pas tout à fait comme les chats habituels. Il les a emmenés chez des spécialistes et ils lui ont dit que les chatons sont en fait des manulas – un chat prédateur très rare et, malheureusement, dans la nature, en voie de disparition.

Les manulas sont rarement trouvés dans les maisons, et s’ils le font, ce sont surtout des gens très riches. Le chat nécessite des soins particuliers, il est cher et est une sorte d’indicateur du prestige et du statut de son propriétaire. Le problème est qu’en captivité, les manuls vivent beaucoup moins, tombent souvent malades, en général, une fois enfermés, ils disparaissent progressivement.

Ayant appris tout cela, l’agriculteur a fait un acte vraiment décent. Au lieu de vendre les chatons pour beaucoup d’argent (et l’homme lui-même, bien qu’il ait des terres, était un homme plutôt pauvre), il a transféré les enfants dans un refuge spécialisé pour animaux sauvages. Dans cet abri, les manulas pousseront dans des conditions aussi proches que possible de leur habitat naturel. Là-bas, les chatons seront pris en charge par des vétérinaires et, en fin de compte, tout cela n’affectera en rien l’espérance de vie des animaux.

C’est ainsi que l’amour pour les bébés sauvés s’est avéré plus fort que la soif de profit chez une personne qui a vraiment besoin d’argent.

Facebook Comments
Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
error: Content is protected !!