Le renard est revenu au centre des animaux sauvages encore et encore – qu’est-ce qui l’a tant attirée là-bas?

67 views

La libération d’animaux sauvages dans la nature ne se passe pas toujours sans heurts, et même si elle est effectuée par des spécialistes de la plus haute qualification, comme un homme nommé John Ranger, fondateur d’un petit centre pour animaux sauvages, et son équipe de personnes partageant les mêmes idées. Jean sauva et prépara à la vie en liberté de nombreuses bêtes sauvages qui, par la volonté du destin, étaient entre ses mains, mais il n’avait jamais eu un cas comme celui qui est arrivé à un renard.

Ce renard est venu à lui alors qu’il était encore très petit, il n’aurait pas survécu sans les soins d’une personne. Les spécialistes du centre ont aidé l’animal, l’ont élevé et, le moment venu, ils l’ont relâché dans la nature. Quelle a été leur surprise quand un jour ils ont revu cette beauté au centre!

Le fait est que bien que le centre ait été créé à l’origine comme un centre exclusivement pour les animaux sauvages, les chats les plus ordinaires y vivent – seulement environ 80 pièces. Ils vivent une vie libre, dispersés dans tout le centre, mais en même temps, ils sont sous la surveillance constante de caméras de vidéosurveillance, de spécialistes médicaux, de distribution de nourriture, etc. C’est-à-dire qu’ils vivent très bien, étant donné qu’il n’y a pas d’hivers spéciaux à cet endroit et que le temps est toujours plus ou moins chaud.

Ce même renard, alors qu’il était encore au centre, s’est lié d’amitié avec ces chats. Dans la nature, les renards traînent souvent les chats pour le déjeuner (du moins ici en Russie, c’est vrai), mais cela ne montrait aucun intérêt gastronomique pour les duveteux – elle aimait juste être parmi eux, elle était amie avec eux.

Mais ce n’est pas seulement l’amitié qui a amené le renard au centre encore et encore. Le fait est qu’elle venait toujours au même moment – au moment de distribuer de la nourriture aux chats. Il s’est avéré qu’elle n’avait pas besoin de viande, elle n’avait pas besoin de plats spéciaux préparés pour elle par des spécialistes du centre – elle avait besoin de nourriture pour chat, qu’elle mangeait pour une âme douce.

Parfois, le renard se permettait un peu plus, et les chats essayaient de freiner sa cupidité en donnant une patte, mais en général pendant le déjeuner, tout passait tranquillement et paisiblement. Après lui, le renard marcha un moment parmi les chats, puis vers l’un, puis vers l’autre, puis alla quelque part dans ses affaires. Et le lendemain, tout était recommencé.

Dans la mémoire de John Ranger, ce renard est le premier animal sauvage qui retourne volontairement au centre. Mais en principe, cela ne le dérange pas du tout, car il n’y a pas de mal d’un renard.

Facebook Comments
Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
error: Content is protected !!